Rêves

L’heure est tardive et la nuit déjà avancée,
Voilà un moment que la fatigue a vaincue,
Un rayon de lune dessine un halo ténu,
Doucement le chat ronronne, roulé à tes pieds.

A quoi rêves-tu sous tes paupières alourdies ?
Aux cyclones tourmentés des océans lointains,
Où des vagues immenses roulent et grondent sans fin,
Et secouent les récifs de rouleaux inouïs.

Peut être simplement aux couleurs chatoyantes,
Dont l’éclat célèbre les beaux jours de l’été,
Et que la chaleur rend comme floues et effacées,
Teintant le crépuscule d’une rougeur flamboyante.

Sous tes cils, entrouverts sur le pays des songes,
Tu portes fièrement tes rêves délicats,
Depuis tes lèvres vermillon je me plonge,
Sur la douce fossette qu’un ange à posé là.

Ton front est un temple aux colonnes solides,
Où fleurissent sans fin les déserts arides,
Et tu reposes ton esprit des milles merveilles,
C’est l’heure de te laisser bercer par le sommeil.

Dans ta paume bientôt le soleil se lèvera.
Dors ma belle, demain tout entier t’attends déjà.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :