L’art d’oublier

Je cherche dans ma caboche
Qui a bien pu me laisser là.
Le poing serré dans ma poche
Non, cela ne me revient pas

J’ai fait un nœud à mon mouchoir
Interrogé mon beau miroir
Tourné ma langue plus de sept fois
Non, rien, je ne me souviens pas

Mes pensées sont semblables au vent
Filantes, je ne peux les saisir
J’aimerai tant me souvenir
Des bribes de ma vie d’avant

Je ne vois qu’une alternative
Quand tout pars à la dérive
Contourner les détails futiles
Ne pas s’encombrer d’inutile

Car moi je vis de nuages
Aussi léger qu’un cerf volant
Bien au delà de mon grand âge
D’instantané et de présent.

Fini les accords du passé,
Je laisse à qui en a le temps,
Conjuguer plus que parfaitement
Le passé simple et l’imparfait

Perdu sans famille ni maison
J’occupe mes heures à répéter
Le tendre nom de l’araignée
Tissant ses toiles à mon plafond

Passent les jours et les années
L’amnésie n’a pas de regret
Et les trous que je dispose
Témoignent de mon esprit grandiose

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :