Les mâchoires

Elles m’entourent et parlent ou plutôt mâchent un langage que je ne comprends pas. J’ai brutalement la nette impression qu’on ne m’a pas donné les clés, les codes, les nouvelles règles de la partie en train de se jouer sous mes yeux. La première mâchoire a des lèvres pulpeuses, gourmandes, presque aguicheuses. Elle se donneLire la suite « Les mâchoires »

Nuits blanches#8

Mardi 3 Août 10h: De l’importance du nom Vous êtes bien Monsieur Jackson? Je déchiffre le bracelet rayé d’un code barre qui orne son poignet droit. Jackson Michael? Incroyable! Un silence, le temps de me ressaissir. L’homme allongé sur la table d’opération, devant moi, est bien trop petit, bien trop ventru, bien trop vieux, bienLire la suite « Nuits blanches#8 »

Idole

Un simple parallélépipède rectangle. Je ne quitte jamais des yeux Longueur égale environ deux virgule cinq fois la largeur et hauteur un dixième moindre que la longueur soit un peu moins d’un cinquième de la largeur. Mathématique. Lisse, froid,brillant, noir profond. Reflète mon visage, contemple mon âme  Sobre, presque triste, sombre.Quelque chose néanmoins de précieux,Lire la suite « Idole »

God Blesse America

Il est là, il est fier, il existe. Peut-être est ce la toute première fois qu’il se sent aussi vivant. Ce n’est pas une casquette verte sur le sommet de son crâne* mais un couvre chef de bois et de fourrure mêles. Matière vivante. Morte. Dans sa main droite, le drapeau aux étoiles blanches immaculées.SousLire la suite « God Blesse America »

Pôle emploi #3

Ève court aussi vite que ses jambes peuvent la porter. Son cœur bat à tout rompre dans sa poitrine, son souffle est saccadé. L’air froid et sec du crépuscule d’automne tapisse sa gorge de minuscules aiguilles qui lui arrachent une grimace de douleur. Sur sa peau nue, une goutte d’eau glacée vient lourdement s’écraser. L’orageLire la suite « Pôle emploi #3 »

Stand by me

Je le croisais toujours dans l’ascenseur le matin lorsque je partais au travail. Je n’y tenais pas particulièrement. Il faut bien avouer que l’ascenseur de notre résidence était microscopique et que j’aimais à profiter librement de chaque centimètre carré d’aisance avant de me jeter dans l’atmosphère bondée et surchauffée du métro. Ce trajet mettait déjàLire la suite « Stand by me »

Fais moi un signe

Ses mains, posées bien à plat sur le papier granuleux, semblent être inertes. La paume, lisse et rebondie, striée de rides aux zones de pliure se prolonge par les doigts à la peau fine tatouée de circonvolutions uniques. Sur le dessus, dans l’alignement des phalanges coiffées de cinq ongles jaunis par le tabac, cinq finsLire la suite « Fais moi un signe »

C’était écrit

J-1 On s’en moque, on plaisante. Comment y croire? Comment imaginer? On est bien trop fort, bien trop malins, bien trop loin. Cela ne peut, cela ne doit pas arriver. Cassandre n’a qu’à ravaler sa fierté. Nous l’écartons d’un revers de la main. Avec dédain et supériorité. Quand une guerre éclate, les gens disent: çaLire la suite « C’était écrit »