Nouveau monde

« Nous, chercheurs de la connaissance nous sommes pour nous même des inconnus- pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés »

Friedrich Nietzsche

Moi, dernier explorateur des temps modernes , je pars à la découverte de ces lieux. Terres vierges et sauvages. J’irais sans crainte à la recherche du nouveau par delà les monts sublimes et les abîmes vertigineuses que nul n’a encore cartographiées.

Fondations cachées, profondeurs enfouies recouvertes des chairs. Tuteur central, la colonne vertébrale dissimule ses beautés corinthiennes. Ossature solide, minérale, ancestrale. Tantôt protectrice en une cage, ou une boîte hermétique, tantôt appendice destiné à la magie du mouvement. Articulations qui congruent. Les deux extrémités osseuse s’épousent, encapsulées et unies à jamais sur leur lit de cartilage. Pourtant si fragile, l’os comme le chêne ploie peu et casse beaucoup. Musicalité des noms à consonance latine que l’on chuchote comme on récite un chapelet: lunatum, hamartum, capitatum, triquetrum… Comme on égrène les noms de ces îles lointaines à jamais inconnues. Te souviens-tu ma belle comme, l’autre jour, je palpais en silence l’arrondi parfait de ton crâne en coiffant ta crinière doré le long de mes phalanges?

L’habillent les muscles, chair fraîche, rouge sang, bien cachés sous leur charnelle enveloppe . Sarcomères et myofibrilles se tendent et se relâchent en un ballet coordonné et savant. Lorsque le biceps se contracte, c’est au triceps de se laisser aller à la paresse. Ainsi, frères condamnés à se tourner le dos, éternels opposés, actionnent la marionnette de calcium. Comme m’est précieux ce grain de beauté que je découvris, Lorsque l’étoffe de soie glissa sur le galbe de ton mollet, hier, alors que, sur la pointe des pieds et la main en visière tu fouillais des yeux l’horizon, ton cou interminable nervuré de tendons et le menton levé.

Les organes enfouis, mécanique souterraine, réseau tentaculaire des artères qui battent à l’unisson. L’onde de pouls, onde de vie naît au sein du sein. Le cœur, ouvrier appliqué et besognieux, métronome infatigable , donne le la au premier jour et ne s’accordera un peu de répit qu’après le dernier soupir. Rouge. Au réveil, ce matin, comme tu étais belle quand je déposait un baiser sur tes joues encore échaudées de sommeil.

L’ouvrier distribue la nourriture à ses enfants affamés. D’abord la tête, le roi, la couronne préleve sa dîme. Vingt pour cents des richesses pour lui. Le reste pour le reste. Le cerveau gouverne dans son château de calcium, sous la voûte solide. Tablette interne, tablette externe. Matière flasque et modelable. Réseau dendritique des axones neuronaux . Incompréhensible . Rose pâle, presque gris, maladif. Privé des rayons du soleil. Obscurité la plus totale. Souverain que l’on ne verra jamais que l’on ne doit pas voir. Intérieur inconnu. Écorché , trépané, disséqué.

Je grave avec application les souvenirs précieux de ces jours où je partis, dernier explorateur des temps moderne, cartographier la géographie encore inconnue de ton corps. La ride qui te barre le front lorsque que tu es pensive et celle qui arrondi tes pommettes lorsque tu souris. La fossette de ton menton soulignant la pulpe rosée de tes lèvres, s’arrondissent lorsque que tu es boudeuse et blanchissent quand la peur étreint tes tempes. Enfin, joyaux inestimables, rêves inaccessibles de tous les chercheurs d’or, tes pupilles, tantôt alertes tantôt alanguies dans ton iris sombre comme une nuit sans étoile .

https://www.tierslivre.net/ateliers/baudelaire-1-la-forme-dune-ville-une-parenthese/

Baudelaire#3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :