Pôle emploi #1

Noé en son arche est soucieux. La blanche colombe lui a rapporté une branche d’olivier il y a à présent quelques jours. Assis sur le petit banc de bois devant le bureau de bois façonnés de ses propres mains, il lève la tête du formulaire qu’il s’évertue de remplir depuis plus de vingt minutes. Le monde a bien changé… il observe la feuille blanche recouverte de caractère minuscules, plisse un peu les yeux- il fait pas bon vieillir- et déchiffre à voix haute:
Nom: Noé
Adresse: l’Arche
Qualités: n’a pas froid au yeux, aime son prochain
Défauts: quelque peu entêté, un peu restrictif en ce qui concerne son prochain
Quels sont vos loisirs? Il marque un temps d’arrêt Des loisirs? Que se figurent ils tous? Sauver le monde et repeupler la terre c’est bien assez fatiguant comme cela, comme s’il a le temps de s’inscrire à un club d’échec… et puis pour jouer avec qui? Son épouse? Les animaux de l’arche ne sont pas très doués pour les échecs… quant à sa femme, il a déjà été bien obligé de l’embarquer avec lui alors s’il lui faut en plus faire l’effort de se la coltiner tous les soirs pour une partie d’échecs… non vraiment, le monde a bien changé se dit-il en se levant péniblement pour aller jeter un œil par le hublot de sa cabine où il s’est réfugié avec la consigne de ne pas être dérangé. Il jette un œil au tas de vêtements sales qui s’accumule dans un coin. Soupire. Il faudrait qu’il trouve le courage de ranger un peu, ça sent le renfermé là dedans. Les tâches ménagères n’ont jamais été son fort. Seulement voilà, depuis qu’ils ont accosté à terre, il se sent vide, inutile…Non, vraiment il ne peut pas dire qu’il n’a pas été heureux de voir la colombe lui rapporter ce foutu rameau d’olivier. Mais tout ça est retombé très vite… aujourd’hui, désœuvré il n’est plus personne… il colle son visage à quelques centimètres du hublot. La vitre est d’une propreté douteuse. Il devrait être comblé pourtant de voir tous les animaux de l’arche batifoler dans l’herbe fraîche sous un soleil radieux. Au loin, sa femme cueille quelques baies. Leur couple ne va pas fort. Elle lui a annoncé quelques jours après leur arrivée vouloir dormir à terre. Plus confortable, marre de se nourrir d’algues et de poissons, lui a t’elle annoncé de but en blanc. Elle était autrement plus reconnaissante quand l’eau tombait à torrent et qu’elle se précipitait pour s’abriter dans l’arche construite par son héros.
Cette parenthèse idyllique est bel et bien terminée. Toute à l’heure, il le sait, la dure loi de la jungle reprendra ses droits et elle ne se montrera pas plus tendre avec lui.
Il tourne son regard vers le ciel qui s’éclaircit, lavé par les lueurs de l’aube.
Mais que sait il faire ? Sauver le monde ? Quelque peu prétentieux sur un CV… Construire des bateaux. Il ne saurait dire pourquoi mais après un tel déluge il pressent que le tourisme maritime n’est pas prêt de retrouver la côte. Il retourne en soupirant s’asseoir à son petit bureau.
Non vraiment il n’a pas le choix, sa seule échappatoire est bien de décrocher ce boulot de Monsieur météo…..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :